Avertir le modérateur

17 mai 2010

Ecologie spectacle : ça suffit!

45657644oisseau-pollution-jpg.jpgAlors que des centaines de milliers de litres de pétrole (800 000 selon BP, 5 à 20 fois plus selon les scientifiques) asphyxient chaque jour un peu plus les fonds marins du Golfe du Mexique, menaçant maintenant le fragile écosystème des récifs coraliens, les Champs-Elysées s'apprêtent à célébrer en grande pompe la Journée mondiale de la Biodiversité, les 22, 23 et 24 mai prochains. Nom de code de l'opération : Nature Capitale.

C'est avec un ahurissement certain que j'ai pris connaissance du programme des festivités : l'Avenue transformée en "une oeuvre végétale poétique et jubilatoire" grâce à la main verte de Gad Weil, créateur d'art de rue. Un "jardin extraordinaire" de 3 hectares de verdure sur l'avenue, 8000 parcelles végétales posées en une nuit, 150 essences agricoles et forestières représentées... Comble du raffinement, le dossier de presse  annonce même "deux aubes et un coucher de soleil au coeur de la ville dans un monde inattendu". 

Chacun, nous dit-on, peut participer à l'évènement. Moyennant finances, bien entendu. Si vous êtes fauchés, il faudra se contenter d'un pot d'herbes folles pompeusement baptisé "terre"(14 €). Si vous venez en couple, investissez donc dans un duo d'arbres (59 €). Enfin, si vos moyens vous le permettent, vous pourrez investir dans une parcelle de l'oeuvre (145 €). 

A quoi rime ce folklore écolo-branché ? Trois jours d'esthétisme artificiel et éphémère pour oublier les images terribles de la sécheresse en Afrique, de la forêt brésilienne dévastée ou d'oiseaux mazoutés? Trois jours pour nous faire oublier que ceux qui nous gouvernent diffèrent éternellement les décisions drastiques, qui seules, nous permettraient de sauvegarder ce qui peut encore l'être de notre patrimoine naturel ?

Un seul exemple, le récif coralien des Pinnacles, aujourd'hui directement menacé par la marée noire et situé à une quarantaine de kilomètres de la plate-forme de BP "Deep Water Horizon". Cet endroit exceptionnel avait été "pressenti" pour intégrer un sanctuaire marin, c'est-à-dire une zone protégée, où l'activité de pèche aurait été limitée, tandis que les exploitations pétrolières auraient été interdites aux alentours. Mais si l'on en croit le site le NouvelObs.com, le projet a été suspendu "après les protestations véhémentes de parlementaires républicains, de pécheurs et de l'industrie pétrolière". 

Les enjeux environnementaux méritent mieux que le travestissement grotesque de la "plus belle avenue du monde". Ils méritent notre révolte, notre intransigeance. Le 22 mai, boudez les Champs-Elysées. Et si vous tenez vraiment à agir, adhérez à une véritable association de sauvegarde de l'environnement.

Le WWF, par exemple, vous propose de l'aider à acquérir en France des m2 de terrains "présentant un intérêt écologique majeur", et directement menacés par l'urbanisation, la construction de routes ou l'aménagement touristique. Objectif : en confier la gestion à des organismes inscrits dans une démarche de préservation de l'environnement. Pour 2€, vous pourrez ainsi "sauver" 1 m2 de terrain dans les Landes ou le marais poitevin. Moins select qu'une parcelle de Nature Capitale, mais aussi moins futile. Songez-y. Pour participer, c'est ici .

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu