Avertir le modérateur

11 octobre 2010

Retraites : une réforme absurde à l'épreuve de la rue

"On" (traduire : le pouvoir en place) disait les Français excédés par les grèves. Faux. Un sondage CSA publié ce matin dans le Parisien révèle que 69% soutiennent la journée d'action de demain, et que 61% sont favorables à un mouvement ancré dans la durée. Il faut dire que, malheureusement pour Sarkozy, Woerth et compagnie, Dassault n'a pas encore réussi à faire main basse sur le quotidien francilien. D'où ces chiffres qui fâchent, étalés à la une dans tous les kiosques à journaux... 

L'Elysée, qui s'est désormais officiellement emparé du dossier, tiendra-t'il compte de cet avertissement ? Probablement non, car on nous l'a bien seriné, tout report, toute refonte du projet est exclu(e) car irresponsable. Quitte à passer en force, l'Etat entend bien mener à terme sa réforme-phare, présentée comme la seule capable de sauver notre système de retraite par répartition.

Or, en repoussant l'âge de départ à taux plein à 67 ans, cette réforme ne sauve pas grand-chose! Bien au contraire, elle remet en cause l'esprit même d'un système de solidarité intergénérationnel où les plus jeunes assurent aux plus âgés l'espérance de pouvoir profiter de plusieurs années d'inactivité bien méritée, dans de bonne conditions : en bonne santé et avec des ressources suffisantes. 

Sur ce sujet brûlant, comme pour bien d'autres, je partage l'avis de Corinne Lepage et de Cap 21 qui refusent que la question des retraites soit traitée uniquement comme un problème d'ordre financier lié à l'augmentation de la durée de vie. Ce qui devrait être pris en compte dans une approche humaniste, selon Cap 21, ce n'est pas la prolongation de la durée de vie (trop souvent, malheureusement, assortie d'une période de dépendance), mais plutôt l'espérance de vie en bonne santé. Or, si l'on en croit l'INSEE, celle-ci ne dépasse guère 61 ans (pour les hommes) et 62 ans pour les femmes... 

Le gouvernement se trompe d'urgence et nous abuse sur la nature de cette urgence. La question n'est pas de sauver à tout prix un système de financement que l'on sait depuis longtemps dépassé, mais de préserver l'esprit du système de retraite par répartition en explorant de nouveaux modes de financement, en mettant à contribution de nouvelles sources de revenus. Demander un effort aux générations futures au nom de la solidarité intergénérationnelle est une chose; leur imposer de se sacrifier sans aucune garantie de réciprocité en est une autre.

Il importe aussi de réfléchir à la place de la vieillesse dans une société où tout apprécié à la norme de la productivité. Et d'agir sur notre environnement et notre mode de vie pour allonger une durée de vie en bonne santé finalement très courte...  

   

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu