Avertir le modérateur

22 mars 2010

Isabelle Caullery se contente de peu

La candidate UMP aux élections cantonales, Isabelle Caullery, proche de Charles Pasqua et de la famille Sarkozy, a donc finalement réussi son parachutage dans notre ville en remportant 54, 3 % des suffrages exprimés. Un score à relativiser puisque l'abstentation, pour cette élection locale, dépasse légèrement 50 % des électeurs : in fine, en tenant compte des bulletins blancs ou nuls (4 % tout de même!), la nouvelle conseillère générale n'a donc guère convaincu que 26 % des inscrits.

Ce déficit de légitimité ne semble pas l'inquiéter outre mesure, puisqu'elle affirme dans le Parisien de ce matin que "l'essentiel, c'est de gagner. Avec seulement 50,001%, j'aurais été contente". Une phrase qui en dit long sur ce qu'était effectivement, pour elle, l'enjeu du scrutin : non pas "convaincre les garennois", ou "représenter les Garennois", mais "gagner" et donc conserver un fief UMP. 

Bien que confortable, sa victoire ne doit pas éclipser le beau score du "Rassemblement pour La Garenne" : 45, 7 % des voix, un score jamais atteint par l'opposition socialiste dans le passé. Il faut dire que cette fois, l'opposition était beaucoup large, rassemblant le PS, le Front de Gauche, Europe Ecologie et le MoDem autour d'un même refus des pratiques hégémoniques et autocratiques de l'UMP. 

A titre personnel, j'ai vécu une semaine intense au sein de ce Rassemblement. A tous ceux qui m'ont fait remarquer, samedi matin, sur le marché, qu'une alliance trop large est une perte d'identité pour chacun de ses partenaires, j'ai répondu ceci : le Rassemblement pour La Garenne a un sens. Il est né du constat partagé que notre ville était directement exposée aux conséquences de la politique cynique de l'UMP locale et départementale, à ses abus de pouvoirs, à ses pratiques clientélistes.

Ce Rassemblement avait un sens dans l'entre-deux tours, et il est plus que jamais d'actualité maintenant qu'une proche de Jean Sarkozy est élue sur notre canton. Nous avons su nous unir, au risque de déboussoler nos électorats respectifs. Une dynamique s'est créée, un dialogue s'est instauré. Sachons le poursuivre, au-delà de nos différences, pour construire ensemble cette alternative dont notre ville a grand besoin, autour d'un projet qui ne soit ni "de gauche", ni "de droite", mais tout simplement bâti au service des Garennois, autour de nos convictions communes. 

16 mars 2010

Vive les Garennois!

Malgré les prédictions de l'UMP qui voyait en cette élection une simple "formalité", malgré les pressions répétées de notre maire, Philippe Juvin, pour que les Garennois élisent un conseiller général "de la même couleur politique que la majorité départementale", Isabelle Caullery a dû, dimanche dernier, se contenter de 42, 84 % des voix. Jolie leçon d'humilité pour une candidate qui ne s'était même pas donné la peine d'écrire un vrai programme pour ses futurs administrés, se contentant de lister les compétences et les actions existantes du département. 

Voici donc l'amie de la famille Sarkozy dans une situation de ballottage pas forcément confortable. Elle sera opposée au second tour à Christophe Macé (PS), lequel a obtenu 22,15 % des voix, tandis que le représentant d'Europe Ecologie, Pierre Parreaux, arrive en troisième position avec un score de 15,55 %.

Christophe Conway, Modem, dont j'étais la suppléante, occupe la quatrième place avec 7,15 % des suffrages, un score modeste mais plus qu'honorable par rapport aux performances (ou plutôt aux contre-performances) du Mouvement Démocrate, tant au niveau national que régional. Le Front National réalise un score quasi-similaire (7,12 %), contre 3, 69 % pour Adélaïde Naturel, représentante du Front de Gauche, et 1, 47 % pour Jean-Florent Campion, candidat indépendant du centre droit. 

Depuis dimanche soir, donc, un vent nouveau souffle sur notre petite ville que l'on disait docilement inféodée aux barons de l'UMP et autrefois du RPR. Rien ne va plus en Sarkozye, messieurs-dames. Il se pourrait même qu'à l'avenir, on vous empêche de faire vos jeux comme vous l'entendez.  

Un habitué d'un autre blog local, le retour de buzz, a parlé de Printemps Garennois. Jolie expression. Et si le 21 mars prochain, effectivement, on se libérait d'une hégémonie que notre ville a déjà payé très cher, en cédant l'un de ses quartiers à l'appêtit des promoteurs de l'EPAD ? Si l'on rééquilibrait les pouvoirs ? 

Dimanche, faisons de La Garenne le talon d'Achille du Sarkoland : dans l'intérêt de notre ville, votons contre Isabelle Caullery! 

12 mars 2010

Intimidation, clientélisme : Juvin récidive

J'ai jusqu'à ce soir, minuit, pour m'exprimer au sujet des élections cantonales à venir. Et je ne vais pas m'en priver, parce que trop, c'est trop. Une fois de plus, en effet, Philippe Juvin, censé être le maire de tous les Garennois, a outrepassé ses fonctions en s'érigeant en directeur de conscience. 

Depuis le début de cette campagne destinée à le remplacer au sein de l'Assemblée départementale, Juvin, conseiller général sortant, est omniprésent. Posant au centre de la photo entre Isabelle Caullery, candidate UMP en titre (désignée directement par l'Elysée) et son suppléant. Allant jusqu'à se poster à la sortie de la messe du dimanche pour présenter Isabelle Caullery à des parroissiens qui n'en demandaient pas tant. Ouvrant la campagne, avec une lettre adressée aux Garennois pour leur demander de faire le bon choix (voir mon billet précédent).

Aujourd'hui, à deux jours du scrutin, la même lettre a été rééditée. Sans enveloppe, raccourcie et en version flash sur papier glacé, mais le contenu reste le même : détestable et clientéliste.

Philippe Juvin écrit ainsi que "seul un candidat soutenu à la fois par la Majorité municipale et le Conseil général pourra assurer le soutien du Conseil Général au profit de La Garenne et des Garennois". C'est même écrit en bleu, sans doute pour mieux suggérer la couleur du 'bon' bulletin.

Quelques lignes plus loin, Juvin, le promoteur de médiathèque construite sur la base d'un permis de construire illégal, le grand fan de Zemmour et de littérature d'extrême-droite d'avant-guerre, le visionnaire incapable de concevoir un Plan Local d'Urbanisme d'une durée supérieure à six mois, nous demande de bien réfléchir à notre vote pour que notre ville évite les "aventures" et reste équilibrée, calme et sereine.  

Stop. Les menaces, les mensonges, les manipulations, ça suffit.  

Dimanche, l'enjeu est simple : il y a deux cas de figure.

Première hypothèse : Isabelle Caullery, la "candidate de paille" désignée par l'Elysée, est élue au premier tour. L'hégémonie UMP et le sarkoland sont renforcés. Le territoire de la Garenne peut servir de laboratoire aux promoteurs de l'EPAD. Jean Sarkozy peut compter sur la voix d'Isabelle Caullery pour l'élire le moment venu à la présidence du Conseil Général. Philippe Juvin se voit en outre gratifié (indirectement)d'une nouvelle légitimité pour faire tout et n'importe quoi dans 'sa' ville.

Seconde hypothèse : les électeurs Garennois se rebiffent et adressent deux messages au reste du département, voire de la France : OUI, il est possible de mettre l'UMP en difficulté sur son propre territoire, lors d'une élection considérée comme 'pliée' d'avance. NON, nous n'acceptons pas qu'on nous prenne pour des idiots, nous n'acceptons pas la confiscation des pouvoirs par un clan.

Electeurs Garennois, c'est à vous de jouer. Ce blog, comme le veut la loi, sera figé jusqu'à la proclamation des résultats. Ceux du premier tour. Je compte sur vous pour qu'il y en ait un second. Je compte sur vous pour ouvrir la voie à une nouvelle politique dans les Hauts-de-Seine.  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu