Avertir le modérateur

08 mars 2010

Isabelle Caullery, "femme de paille"?

Je viens de recevoir dans ma boîte aux lettres le tract-programme d'Isabelle Caullery. Espérant cette fois y trouver du lourd, du concret, un programme quoi.

Aie. Ca ne s'arrange pas. Globalement, c'est le même tract que le précédent, dans un format différent. Il y a bien quelques ajouts (glanés sur Internet ?). Ainsi Isabelle Caullery s'est aperçue que le Conseil Général avait mis en place un système de tranport individuel pour les personnes handicapées. Il y donc eu, de sa part, un effort de mise à niveau : dont acte. 

Ceci dit, la manière dont l'information est formulée confine à l'arnaque intellectuelle. Isabelle Caullery affirme qu'elle s'attachera "à la mise en place, pour les Garennois, de 'PAM 92', un moyen de transport individuel pour les personnes handicapées"... FAUX. Le dispositif, déjà existant sur Paris, vient d'être étendu à notre département grâce à un partenariat conclu entre le Conseil Général, le STIF et la Région (comme quoi, on peut parfois faire de la politique intelligemment lorsqu'on accepte de travailler ensemble, même quand on est de bords politqiues différents). Isabelle Caullery n'est pour rien dans ce dossier, là non plus. 

Donc, une nouvelle fois, le programme d'Isabelle Caullery se résume à suivre la mise en oeuvre des dispositifs et aides déjà existants. Curieux manque d'ambition et de créativité. Curieuse conception de la fonction de Conseiller Général, aussi, qui se bornerait à "exiger le maximum de subventions" pour les projets Garennois. En ce qui concerne l'intérêt et l'avenir du reste du département, apparemment, Isabelle Caullery n'a pas d'idée très précise, voire pas d'idée du tout. Sans doute son jeune ami, Sarkozy Junior, en a t-il pour elle.

Bref, si vous n'avez pas de temps à perdre, vous pouvez zapper les pages 3 à 6 du programme Caullery. Les seules choses intéressantes sont au début, ou à la fin.

Je commence par la fin, intitulée 'journal de campagne'. Edifiant. Isabelle écoutant André Santini s'entretenir avec les commerçants du marché des Vallées. Isabelle trottinant derrière Juvin et Devedjian. Isabelle posant avec Roger Karoutchi et Hervé Marseille... 

Je ne sais pas si ces photos sont censées illustrer les trois mots "engagement, écoute, expérience" figurant page 8, mais c'est raté. A la rigueur je veux bien concéder l'écoute (de ses mentors). Mais à la vue de ces photos dont elle est rarement le sujet central, une question se pose : Isabelle Caullery existe-t-elle par elle-même, pense-t-elle par elle-même, s'exprime-t-elle par elle-même, ou a t-elle constamment besoin d'être encadrée, cornaquée, mise en valeur ? 

La réponse figure peut-être page 2, dans une sorte de lettre qu'elle semble adresser à "ses chers Garennoises et Garennois", et dont la teneur inquiétante tranche avec la tiédeur fadasse du reste du document. Je vous résume, en substance : Garennois, Garennoise, votez pour un conseiller Général qui soit de la même couleur que la majorité départementale, sinon, votre ville en patira. 

Vous avez déjà lu ça quelque part ? Moi aussi : dans la lettre que Philippe Juvin nous a adressée il y a quelques semaines pour nous avertir de sa démission et nous inviter à faire 'le bon choix' pour notre ville. En clair, c'est du Juvin dans le texte. 

Je crois que la réponse à ma question est claire : Isabelle Caullery est ce que l'on appelle en affaires un prête-nom. Un paravent. Une "femme de paille", si j'ose féminiser cette appellation peu glorieuse (je ne suis pas certaine que la féminisation systématique serve obligatoirement la "libération" de la femme... ). Au service, non pas des Garennois, mais des intérêts du cartel Sarkozy&consorts.   

 

18 février 2010

Cantonales : La candidate UMP en manque d'inspiration ?

Curieux, le "programme" d'Isabelle Caullery, la candidate neuilléenne parachutée par l'Elysée dans notre canton. S'intéresse t-elle vraiment à l'avenir de notre ville ? A lire la liste baclée de ses 10 priorités, on peut légitimement en douter. Démonstration. 

1. Le "programme" de Caullery est d'abord une récapitulation des grandes missions obligatoires du Conseil Général : accompagnement des bénéficiaires du RSA, maintien à domicile des personnes âgées dépendantes grâce à l'allocation personnalisée d'autonomie, prise en charge des personnes handicapées en collaboration avec la Maison Départementale du Handicap...

2. On y trouve aussi pléthore de dispositifs départementaux déjà en place sur notre ville : ne nous méprenons pas, ces dispositifs bénéficient à l'ensemble des habitants du département. Rien de neuf sous le soleil donc, ni en ce qui concerne Bébé Dom (allocation pour garde de jeune enfant à domicile), ni Pass 92 (aide financière destinée à permettre aux collégiens de pratiquer une activité sportive ou culturelle), ni en matière d'aides à l'habitat.

3. Une troisième catégorie de "promesses" fait allusion à des réalisations déjà en cours : ainsi, me semble t-il, l'élection d'Isabelle Caullery ne conditionne en rien le prolongement du tramway jusqu'à la Place de Belgique. Pas plus que la rénovation de la rue Voltaire. 

4. Dernière catégorie, celle des engagements hasardeux, calqués sur le discours non moins hasardeux de la mairie : Isabelle Caullery nous promet des immeubles à taille humaine et 'un espace public paysager' aux Champs-Philippe. Encore faudra t-il que cela convienne au bon vouloir de l'EPAD, qui devrait dans quelques mois se voir confier la destinée du quartier. Et comme chacun sait, les immeubles à trois étages et les jardins, ce n'est pas ce qu'il y a de plus rentable à construire.... 

Alors, que dire de ce programme ? Scolaire. Laborieux. Superficiel. Une impression sur papier glacé n'a jamais réussi à gommer la vacuité des idées... 

10 février 2010

Nouveau revers pour Philippe Juvin

refuse01a.jpegOn s'en souvient, notre maire Philippe Juvin fut un temps candidat à la tête de liste (UMP) pour les élections européennes, avant de se voir rétrogadé à la cinquième place... et finalement élu à la faveur d'un score que même les sarkozystes les plus optimistes n'avaient osé espérer.

Certains auraient retenu la leçon, et compris que l'ambition doit parfois se conjuguer à la patience pour se transformer en réussite. Mais pas Philippe Juvin, qui, à peine arrivé à Strasbourg, s'est porté candidat à la succession de Michel Barnier (excusez du peu) pour présider la délégation française du PPE (Parti Populaire Européen), comme le révélait en décembre dernier l'excellent site euractiv.fr.

Bien qu'étant resté longtemps le seul candidat officiellement déclaré, il a finalement été supplanté par un député plus consensuel, Jean-Pierre Audy, poussé par ses collègues à se présenter alors qu'il vient d'entamer son second mandat.  

Question : qu'est-ce qui a contribué à écarter ainsi Philippe Juvin, alors qu'aucun autre parlementaire n'était réellement "partant" pour prendre la place ? Son inexpérience, conjuguée à une certaine hâte à vouloir brûler les étapes ? Sa facheuse propension à communiquer et à polémiquer sur tout et sur rien, y compris sur qu'il ne connaît pas ? Sa non moins fâcheuse manie à twitter pendant les séances du Parlement ? Ou encore quelques erreurs retentissantes qui auraient suscité la méfiance de ses confrères ? 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu