Avertir le modérateur

25 mars 2011

Cantonales : le MoDem s'enfonce...

blablabla.jpgOn attendait du MoDem local un sursaut. Un beau geste. Un appel tardif mais franc à voter Christophe Macé (PS) au second tour de ces élections cantonales qui vont déterminer l'avenir de La Garenne pour les trois ans à venir.

Las. Dans un billet laborieux publié hier sur son blog de campagne, Christophe Conway s'enfonce dans un discours improbable pour justifier sa position : pas de soutien officiel à Christophe Macé -qui fut pourtant son allié dans de nombreux combats menés en conseil municipal-, mais une "orientation" qui, aux dernières nouvelles, consisterait quand même à voter CONTRE Isabelle Caullery. L'option vote blanc a disparu. Une légère amélioration pour justifier une position qui demeure pourtant, au mieux frileuse et ambigue, au pire hypocrite et sournoise.

Paradoxalement, le billet de Christophe Conway comporte le terme "sincérité politique" dans ses tags (mots-clés). Drôle de sincérité qui consiste à soutenir un candidat par la négative, et de manière finalement dévalorisante pour la personne concernée, quand il aurait été possible de positiver le message. Le MoDem ne partage pas tous les points de vue du PS ? C'est normal et chose entendue. Mais cela ne l'empêchait pas d'appeler à voter POUR Christophe Macé, MALGRE ces divergences : le message aurait été clair, audible, et autrement mobilisateur pour les électeurs MoDem.

Mais nous touchons là au fond du problème : Christophe Conway souhaite -t'il vraiment mobiliser son électorat pour faire barrage à l'UMP? Il est légitime d'en douter, puisque son appel à voter contre Isabelle Caullery ne figure nulle part ailleurs que sur son blog de campagne, lu par une poignée de sympathisants. Il ne figure pas sur le tract collectif que le rassemblement des forces d'opposition diffusera. Il ne sera donc pas audible des Garennois.

Pourquoi cette réticence qui confine à la mesquinerie, alors que dans les communes environnantes, le MoDem apporte sans réserve son soutien au candidat de gauche ? S'agit-il, encore une fois, d'un pur calcul électoraliste de Christophe Conway pour se ménager l'électorat de la droite modérée ? Ou l'équipe du MoDem considère-t'-elle désormais que ses valeurs sont plus proches de l'UMP que du PS ?

On peut se poser la question : Christophe Conway, dans sa prose, n'hésite pas à défendre l'UMP contre toute tentative d'amalgame qui serait faite entre l'équipe UMP locale et le FN. Quel aveuglement! Faut-il lui rappeler que Philippe Juvin, pourfendeur acharné des mariages blancs et grand amateur de littérature d'extrême-droite, coutise ostensiblement cet électorat ? Faut-il lui rappeler l'appartenance passée d'Isabelle Caullery au RPF, parti anti-européen ? Lui faut-il une remise à niveau en mathématiques pour réaliser que si Isabelle Caullery est élue dimanche, ce sera, forcément, avec l'appui de voix du FN ???

La "sincérité politique" affectée de Christophe Conway ne résiste pas à l'analyse. Et cela m'atterre de voir son équipe se perdre dans les méandres d'une mauvaise foi qui ne peut qu'altérer son image, et discréditer la qualité du travail accompli dans le passé auprès des Garennois.

24 mars 2011

Un Front Républicain, quel Front Républicain ?

logoCAP21feuille.jpgFront Républicain : c'est l'expression du moment, reprise par tous les médias, à n'importe quelle sauce, et selon moi, galvaudée.

Dans la plupart des cas, il s'agit de décrire une sorte d'union sacrée contre une droite extrême décrite, à raison, comme antirépublicaine. Mais au risque de jeter un pavé dans la mare, je risque cette question : après avoir attisé la xénophobie, après avoir par l'intermédiaire de son chef suprême piétiné certains des principes fondamentaux de notre République (séparation des pouvoirs, indépendance de la justice...), l'UMP est-elle encore qualifiée pour prétendre faire partie d'un Front Républicain ? Il est tout de même cocasse de voir cette droite décomplexée crier au loup et se poser en rempart d'une idéologie dont elle exploite volontiers les poncifs !

A Cap 21, nous ne parlons pas de Front Républicain mais d'arc républicain, ce dernier excluant clairement toutes les composantes de la droite dure. A un moment où l'UMP contribue largement à banaliser le discours raciste du Front National, et où 40% des sympathisants UMP, nous dit-on, s'estiment proches de l'extrême-droite, cette position me semble extrêmement saine. Pour autant, je suis d'accord avec Dominique de Villepin quand il affirme que coexistent désormais en France deux droites, l'une xénophobe et décomplexée, l'autre imprégnée de valeurs humanistes héritées notamment de la démocratie chrétienne et du gaullisme social. Constatons toutefois que cette deuxième droite tarde à se manifester haut et fort.

D'une manière plus locale, ici dans les Hauts-de-Seine, le terme "Front Républicain" est également appliqué à des situations où les différentes composantes de l'opposition s'unissent pour faire barrage aux baronnies locales, celles des Balkany, Ceccaldi et de leurs vassaux. Ainsi, à Puteaux, Christophe Grébert, arrivé en tête au premier tour face au jeune représentant de la dynastie Ceccaldi, Vincent Franchi, pourra compter sur le soutien du PS et d'Europe Ecologie. A l'inverse, à Asnières et à Levallois-Nord, le candidat PS bénéficera du soutien des écologistes et du MoDem.

A La Garenne, une dynamique semblable se met en place, malgré la défection du MoDem qui a décidé de ne pas apporter son soutien officiel au candidat PS Chistophe Macé, appellant seulement à utiliser "par défaut" le bulletin Macé pour voter contre Isabelle Caullery, ou à voter blanc. Une position alambiquée et contestable, dont on sait maintenant qu'elle ne résulte en aucun cas d'une consigne départementale, comme Chrsitophe Conway avait pu le prétendre d'une manière pour le moins indélicate. Il s'agirait, nous dit-on, d'une décision prise de manière collégiale et "en conscience" par le bureau du MoDem local. Curieuse consience, qui consiste à fuir ses responsabilités !

Mais au fond, qu'importe le MoDem et les circonvolutions du discours de Christophe Conway. La situation est simple : soit la candidate UMP l'emporte avec l'appui de voix du Front National, -ce qui ne devrait guère lui poser de problème de conscience étant donné son appartenance passée au RPF-. Soit nous réussissons l'union de toutes les voix opposées à la droite dure, et nous renvoyons Isabelle Caullery dans ses quartiers à Neuilly.

Le match est serré, mais il peut se gagner. Chaque voix compte. Je compte sur vous.

 

 

22 mars 2011

Cantonales : deuxième round

urnes.jpgReprise de ce blog après une longue interruption dûe à la période électorale...

Dimanche dernier donc, le binôme que j'ai formé avec Marc Schindler (Europe Ecologie) a obtenu 11,3 % des suffrages exprimés, dans un contexte de forte abstention (59%). Je remercie du fond du coeur tous ceux qui nous ont fait confiance et soutenus pendant une campagne que nous avons voulu volontairement différente. Nous sommes allés à la rencontre des Garennois, discutant avec ceux qui le souhaitaient, sans les agresser avec des tracts fourgués à la pelle. Ce parti pris a parfois décontenancé. Il a aussi, souvent, été apprécié et compris pour ce qu'il était : une marque de respect vis-à-vis d'électeurs lassés et blasés.

11%, c'est beaucoup. Cela signifie que l'écologie politique a un poids à La Garenne, et dans les mois qui viennent, nous nous efforcerons de renforcer et de structurer notre action pour que cette voix se fasse entendre sur tous les sujets du quotidien. Marc et moi en reparlerons prochainement.

11%, c'est peu, surtout quand le Front National affiche un score supérieur (12,5 %). Cette poussée de l'extrême-droite -que nous combattons chaque jour, dans toutes ses manifestations- doit nous interpeller et nous amener à apporter d'autres réponses à tous ceux qui ont choisi ce vote contestataire. Là aussi, nous en reparlerons.

Mais pour le moment, l'heure est à un second tour qui s'annonce au moins aussi serré que l'an passé. Comme en 2010, un front des forces d'opposition s'est constitué autour du candidat socialiste, Christophe Macé, pour faire échec à la candidate UMP sortante, Isabelle Caullery, dont on connaît surtout le dévouement pour la carrière du jeune Jean Sarkozy -celui pour notre ville ne sautant pas aux yeux au vu de son maigre bilan, entièrement constitué d'actions décidées avant son élection-.

Une différence de taille, pourtant, avec l'an dernier. Le MoDem local, présidé par Christophe Conway (6,5 % au premier tour), ne participera pas au rassemblement des forces d'opposition. Tout juste appelle t-il du bout des lèvres à voter "par défaut" pour le candidat PS, présenté comme un candidat de second choix ; ou à voter blanc, solution à ses yeux moins compromettante -et qui fera dans nul doute le bonheur d'une Isabelle Caullery qui n'en demandait pas tant-.

Je ne peux que dénoncer cette attitude consternante, de la part d'un élu qui se présente volontiers comme le champion de la lutte contre l'hégémonie de l'UMP et ses pratiques clientélistes. Christophe Conway, par son manque de cohérence et de responsabilité politique, par son obession pathétique à courtiser un électorat de centre droit supposé -à tort- manquer totalement d'ouverture d'esprit, est en train de démontrer que le vote MoDem est une impasse. On le savait déjà, sur le plan national, mais certains pensaient encore qu'il en était autrement à La Garenne.

Je suis triste pour ces électeurs, sympatisants et militants MoDem, dont je connais bien la force de conviction. Beaucoup d'entre eux se sont d'ailleurs engagés, comme moi, pour réagir aux abus de pouvoir de l'UMP. Je ne doute pas un instant qu'ils sauront choisir entre un vote blanc inutile et un vote PS destiné à faire barrage au renforcement au sarkoland. Il le feront d'ailleurs avec d'autant plus d'aisance que dans d'autres cantons voisins, à Asnières et Levallois-Nord, le MoDem local a su prendre ses responsabilités et soutenir le candidat PS, comme l'indique le site du MoDem départemental : http://www.modem92.fr/. Christophe Conway ne peut donc, comme il l'a prétendu, s'abriter derrière une consigne départementale pour justifier une attitude injustifiable...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu