Avertir le modérateur

25 mars 2011

Cantonales : le MoDem s'enfonce...

blablabla.jpgOn attendait du MoDem local un sursaut. Un beau geste. Un appel tardif mais franc à voter Christophe Macé (PS) au second tour de ces élections cantonales qui vont déterminer l'avenir de La Garenne pour les trois ans à venir.

Las. Dans un billet laborieux publié hier sur son blog de campagne, Christophe Conway s'enfonce dans un discours improbable pour justifier sa position : pas de soutien officiel à Christophe Macé -qui fut pourtant son allié dans de nombreux combats menés en conseil municipal-, mais une "orientation" qui, aux dernières nouvelles, consisterait quand même à voter CONTRE Isabelle Caullery. L'option vote blanc a disparu. Une légère amélioration pour justifier une position qui demeure pourtant, au mieux frileuse et ambigue, au pire hypocrite et sournoise.

Paradoxalement, le billet de Christophe Conway comporte le terme "sincérité politique" dans ses tags (mots-clés). Drôle de sincérité qui consiste à soutenir un candidat par la négative, et de manière finalement dévalorisante pour la personne concernée, quand il aurait été possible de positiver le message. Le MoDem ne partage pas tous les points de vue du PS ? C'est normal et chose entendue. Mais cela ne l'empêchait pas d'appeler à voter POUR Christophe Macé, MALGRE ces divergences : le message aurait été clair, audible, et autrement mobilisateur pour les électeurs MoDem.

Mais nous touchons là au fond du problème : Christophe Conway souhaite -t'il vraiment mobiliser son électorat pour faire barrage à l'UMP? Il est légitime d'en douter, puisque son appel à voter contre Isabelle Caullery ne figure nulle part ailleurs que sur son blog de campagne, lu par une poignée de sympathisants. Il ne figure pas sur le tract collectif que le rassemblement des forces d'opposition diffusera. Il ne sera donc pas audible des Garennois.

Pourquoi cette réticence qui confine à la mesquinerie, alors que dans les communes environnantes, le MoDem apporte sans réserve son soutien au candidat de gauche ? S'agit-il, encore une fois, d'un pur calcul électoraliste de Christophe Conway pour se ménager l'électorat de la droite modérée ? Ou l'équipe du MoDem considère-t'-elle désormais que ses valeurs sont plus proches de l'UMP que du PS ?

On peut se poser la question : Christophe Conway, dans sa prose, n'hésite pas à défendre l'UMP contre toute tentative d'amalgame qui serait faite entre l'équipe UMP locale et le FN. Quel aveuglement! Faut-il lui rappeler que Philippe Juvin, pourfendeur acharné des mariages blancs et grand amateur de littérature d'extrême-droite, coutise ostensiblement cet électorat ? Faut-il lui rappeler l'appartenance passée d'Isabelle Caullery au RPF, parti anti-européen ? Lui faut-il une remise à niveau en mathématiques pour réaliser que si Isabelle Caullery est élue dimanche, ce sera, forcément, avec l'appui de voix du FN ???

La "sincérité politique" affectée de Christophe Conway ne résiste pas à l'analyse. Et cela m'atterre de voir son équipe se perdre dans les méandres d'une mauvaise foi qui ne peut qu'altérer son image, et discréditer la qualité du travail accompli dans le passé auprès des Garennois.

08 mars 2010

Isabelle Caullery, "femme de paille"?

Je viens de recevoir dans ma boîte aux lettres le tract-programme d'Isabelle Caullery. Espérant cette fois y trouver du lourd, du concret, un programme quoi.

Aie. Ca ne s'arrange pas. Globalement, c'est le même tract que le précédent, dans un format différent. Il y a bien quelques ajouts (glanés sur Internet ?). Ainsi Isabelle Caullery s'est aperçue que le Conseil Général avait mis en place un système de tranport individuel pour les personnes handicapées. Il y donc eu, de sa part, un effort de mise à niveau : dont acte. 

Ceci dit, la manière dont l'information est formulée confine à l'arnaque intellectuelle. Isabelle Caullery affirme qu'elle s'attachera "à la mise en place, pour les Garennois, de 'PAM 92', un moyen de transport individuel pour les personnes handicapées"... FAUX. Le dispositif, déjà existant sur Paris, vient d'être étendu à notre département grâce à un partenariat conclu entre le Conseil Général, le STIF et la Région (comme quoi, on peut parfois faire de la politique intelligemment lorsqu'on accepte de travailler ensemble, même quand on est de bords politqiues différents). Isabelle Caullery n'est pour rien dans ce dossier, là non plus. 

Donc, une nouvelle fois, le programme d'Isabelle Caullery se résume à suivre la mise en oeuvre des dispositifs et aides déjà existants. Curieux manque d'ambition et de créativité. Curieuse conception de la fonction de Conseiller Général, aussi, qui se bornerait à "exiger le maximum de subventions" pour les projets Garennois. En ce qui concerne l'intérêt et l'avenir du reste du département, apparemment, Isabelle Caullery n'a pas d'idée très précise, voire pas d'idée du tout. Sans doute son jeune ami, Sarkozy Junior, en a t-il pour elle.

Bref, si vous n'avez pas de temps à perdre, vous pouvez zapper les pages 3 à 6 du programme Caullery. Les seules choses intéressantes sont au début, ou à la fin.

Je commence par la fin, intitulée 'journal de campagne'. Edifiant. Isabelle écoutant André Santini s'entretenir avec les commerçants du marché des Vallées. Isabelle trottinant derrière Juvin et Devedjian. Isabelle posant avec Roger Karoutchi et Hervé Marseille... 

Je ne sais pas si ces photos sont censées illustrer les trois mots "engagement, écoute, expérience" figurant page 8, mais c'est raté. A la rigueur je veux bien concéder l'écoute (de ses mentors). Mais à la vue de ces photos dont elle est rarement le sujet central, une question se pose : Isabelle Caullery existe-t-elle par elle-même, pense-t-elle par elle-même, s'exprime-t-elle par elle-même, ou a t-elle constamment besoin d'être encadrée, cornaquée, mise en valeur ? 

La réponse figure peut-être page 2, dans une sorte de lettre qu'elle semble adresser à "ses chers Garennoises et Garennois", et dont la teneur inquiétante tranche avec la tiédeur fadasse du reste du document. Je vous résume, en substance : Garennois, Garennoise, votez pour un conseiller Général qui soit de la même couleur que la majorité départementale, sinon, votre ville en patira. 

Vous avez déjà lu ça quelque part ? Moi aussi : dans la lettre que Philippe Juvin nous a adressée il y a quelques semaines pour nous avertir de sa démission et nous inviter à faire 'le bon choix' pour notre ville. En clair, c'est du Juvin dans le texte. 

Je crois que la réponse à ma question est claire : Isabelle Caullery est ce que l'on appelle en affaires un prête-nom. Un paravent. Une "femme de paille", si j'ose féminiser cette appellation peu glorieuse (je ne suis pas certaine que la féminisation systématique serve obligatoirement la "libération" de la femme... ). Au service, non pas des Garennois, mais des intérêts du cartel Sarkozy&consorts.   

 

08 février 2010

Cantonales : quand Philippe Juvin appelle ses administrés à faire le "bon choix"...

En fin de semaine dernière, les Garennois ont reçu dans leur courrier une drôle d'enveloppe au nom de leur maire. A l'intérieur, une missive un tantinet solennelle, dans laquelle Philippe Juvin annonce démissionner de son mandat de conseiller général, qu'il conjuguait depuis plus de huit mois avec ceux de maire et de député européen, en dépit de la loi sur le cumul des mandats : un recours en annulation contre le résultat des élections européeennes avait rendu cette situation possible, sinon sur le plan moral, au moins sur le plan légal...

Dans le même courrier, Philippe Juvin trace un bilan élogieux de ses activités d'élu départemental (on n'est jamais si bien servi que par soi-même), et enjoint clairement les Garennois à faire le bon choix pour désigner son successeur, en l'occurence la candidate UMP Isabelle Caullery.

Je reviendrai dans un prochain billet sur la première partie de la lettre, et la réalité mitigée du mandat de Philippe Juvin en tant que conseiller général de notre canton. Il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet, et pas forcément des plus flatteuses.

Mais aujourd'hui, je voudrais réagir sur la fin de cette lettre et cette petite phrase : "La Garenne doit rester une ville équilibrée, calme et sereine, et éviter les aventures". 

Décidément, Philippe Juvin n'a guère d'imagination et son discours gagnerait à se renouveler. Cette rengaine là, en effet, il nous l'a déjà sortie lors des dernières municipales. Certains se souviendront sans doute d'un tract rédigé à la hâte, dans les derniers jours de la campagne, où notre maire appelait à se méfier des "parachutages" et des "aventuriers..". 

La notion de parachutage a pudiquement disparu. Normal. Car en l'occurrence, dans le scrutin qui s'annonce, la parachutée, c'est bel et bien Isabelle Caullery, la candidate officiellement soutenue par la majorité municipale, militante UMP à.... Neuilly et proche de la famille Sarkozy.

Cette ancienne collaboratrice de Charles Pasqua, dont le CV s'est récemment enrichi du titre de "directrice de publication" de Neuilly 92, le magazine d'autopromotion information du très jeune conseiller général Jean Sarkozy, n'arrive pas par hasard sur la scène municipale. Désignée par Sarkozy père et fils, elle est investie d'une mission qui dépasse de loin les seuls enjeux Garennois : apporter son soutien au second dans le cas (hypothétique évidemment) où ce jeune homme pressé s'obstinerait à mettre les pieds dans les pas de son père, et déciderait de briguer la présidence du Conseil Général à défaut d'avoir obtenu celle de l'EPAD... Une hypothèse pas si hypothétique que cela, si l'on en croit le Parisien du 22 juillet dernier. 

On s'éloigne de la lettre de Philippe Juvin, me direz-vous. Eh bien non, pas tant que cela. Car à propos d'EPAD et d'aventure, parlons donc de cette décision hasardeuse qui a conduit notre maire et sa majorité à accepter qu'un quartier entier de notre ville (les Champs-Philippe) voie sa destinée dépendre du bon vouloir d'un organisme dirigé par des technocrates et des promoteurs.  

Et pour poursuivre sur le sujet des aventures, monsieur Juvin, si l'on listait toutes celles dans lesquelles vous avez engagé notre ville : construction d'une médiathèque sur la base d'un permis de construire illégal (et poursuite du chantier après que le tribunal ait ordonné sa suspension), procès perdu contre un blog humoristique, investissement hasardeux dans une maison-musée qui ne pourra jamais exposer que les oeuvres de l'artiste qui l'a construite, tentative d'imposer comme nom de collège celui d'un auteur fascisant.... 

Dans ces conditions, monsieur Juvin, croyez-vous vraiment pouvoir vous permettre de mettre en garde vos administrés ? Croyez-vous pouvoir vous permettre de leur demander d'élire quelqu'un qui travaillera "en étroite collaboration" avec vous, alors que beaucoup d'entre eux constatent justement qu'il faudrait à cette ville un autre regard et une représentation différente, capable de faire valoir d'autres points de vue pour éviter que ne s'allonge la liste des erreurs ? 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu