Avertir le modérateur

13 novembre 2009

Marie NDiaye, je suis d'accord avec vous

Cette affirmation fera sourire ceux qui me connaissent un tant soit peu, pour qui elle ne sera pas vraiment un scoop. Je voudrais cependant l'approfondir, car nous touchons ici aux raisons qui font qu'un grand nombre de personnes ne se reconnaissent pas dans la France de Sarkozy. 

"Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité... Besson, Hortefeux, tous ces gens là, je les trouve monstrueux", avait déclaré Marie NDiaye cet été dans un entretien au magazine Les Inrockuptibles. C'était avant son Goncourt. Depuis, ces propos ont déclenché l'indignation du très sarkozyste député de Seine-Saint-Denis Eric Raoult, exhortant la romancière à un "devoir de réserve". Marie Ndiaye ne s'est finalement pas laissée intimider. Elle a fait savoir hier, sur France Inter, qu'elle maintenait chaque mot : "je ne vois pas ce qui depuis le mois d'août a changé pour que je puisse revenir sur ces propos. Je persiste et je signe", a t-elle déclaré. Bravo.

Oui, le flicage est un des éléments qui rendent la France de Sarkozy détestable et monstrueuse. On se souvient du fichier Edvige, finalement retoqué par la CNIL et le Conseil d'Etat. Fin de l'histoire? Non. Le 18 octobre dernier, jour de la Ste Edvige (ces gens là ont un humour qui fait froid dans le dos), deux bases de données créées par décret sont venues remplacer le projet initial. Des clones d'Edvige, en plus politiquement correct, mais inspirés par la même logique sécuritaire. En pratique, toute personne "dont l'activité individuelle et collective indique qu'elle peut porter atteinte à la sécurité publique" pourra être fichée, pardon, répertoriée. Et si le décret stipule qu'il ne pourra, en principe, être fait référence aux opinions, aux origines ethniques, à la santé ou à l'orientation sexuelle, des dérogations existent. Ainsi, si vous ou moi sommes jugés potentiellement suversifs, il pourra être fait mention de nos activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales.   

Edvige est un symbole, mais pas le seul symptôme de ce flicage.  Ainsi, il y a un peu plus d'un an, le ministère de l'Education et celui de la Recherche avaient lancé un appel d'offre pour trouver des prestataires... chargés de surveiller les propos du corps enseignant sur la Toile. Les profs aussi, n'en doutons pas, sont tenus à un certain devoir de réserve. Pas question de contester en public la pertinence de la lecture de la lettre de Guy Moquet...

Et puis il y a ce monstre, Marie Ndiaye, ce monstre hideux qui resurgit à intervalles réguliers (la dernière fois, je crois, dans la bouche de l'inénarrable Lefebvre) : le repérage de la délinquance en culottes courtes. L'idée taraude Sarkozy depuis des années. Elle avait déjà été évoquée lorsque j'étais pigiste pour le Conseil Général des Hauts-de-Seine.  

Oui, aussi, la France de Sarkozy est vulgaire. Du bling-bling à l'affaire de l'EPAD, en passant par le "casse-toi pov'con" du salon de l'Agriculture, l'image qu'elle donne à l'étranger est affligeante. Je ne m'étendrai pas ici sur le sujet.

Eric Raoult s'est-il rendu compte qu'en appelant la romancière à 'un devoir de réserve', puis à 'un principe de modération' (ce qui revient strictement au même, c'est à dire à une tentative de censure), il apportait de l'eau au moulin de ses critiques? Probablement pas. Mais le plus drôle reste tout de même cette déclaration de Dominique Paillé, porte-parole adjoint de l'Elysée, qui s'est déclaré "opposé à la censure" tout en appelant Marie Ndiaye à la "mesure". Jolie rime, mais cela reste tout de même une exhortation à l'autocensure, non? 

Et Dominique Paillé de poursuivre : "Je rappelle à Madame Ndiaye que tout ce qui est excessif est insignifiant". Intéressant. Monsieur Paillé compte-t-il faire profiter le Président de la République de ses sages conseils ? Parce qu'on se souvient de propos franchement outranciers, de banlieues à nettoyer au kärcher, de mai 68 à 'liquider'. Etaient-ils insignifiants ? Malheureusement, je ne le pense pas. Et avec Marie Ndiaye, je continue à m'inquiéter de l'idéologie dont ils sont porteurs.         

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu