Avertir le modérateur

11 décembre 2009

# Juvin twitte Berlusconi #

Philippe Juvin, supporter de Silvio Berlusconi ?

On peut légitimement se poser la question. En effet, hier, le blog de Philippe Juvin s'est enrichi (!!!) d'un nouveau billet reprenant 13 messages "twittés" depuis Bonn, où notre maire était en congrès avec ses collègues conservateurs du PPE. 

Sur ces 13 messages, 5 se réfèrent au discours de Berlusconi. Les voici, dans leur totale absence de syntaxe : "Berlusconi pour politique unique immigration : pays frontaliers doivent pas seuls assumer immigration". "Berlusconi pour une politique unique défense". "Berlusconi : l'Italie a un premier ministre super, un dur qui tient bon". "Berlusconi : la souveraineté en Italie est passé du Parlement à la Cour Constitutionnelle, le parti des juges". "Berlusconi finit discours en racontant blague se moquant de lui-même" (chacun jugera de l'importance de ce message...) 

Je ne sais pas pour vous, mais moi je frôle l'indigestion. D'autant qu'on avait déjà eu droit, le 21 octobre dernier, à un court billet faisant état d'un "coup de théatre au Parlement Européen : le PE rejette la proposition de mise en cause de Berlusconi déposée par les libéraux et les socialistes".  

Visiblement, Philippe Juvin utilise dorénavant son blog pour communiquer avec peu de mots ce qui lui semble important, touchant, enthousiasmant. Finies les longues dissertations sur la réhabilitation des anarchistes de droite. Avec Twitter, on communique de l'instantané, de l'émotionnel, des coups de coeur ou des coups de gueule que l'on partage avec la communauté qui vous "suit". 

Mais était-il vraiment judicieux d'utiliser twitter pour rapporter les propos du sulfureux Berlusconi, et notamment ceux sur le "parti des juges", qui ont suscité un certain malaise jusqu'au au sein du PPE ? Rappelons que Berlusconi doit faire face à de graves accusations sur ses liens présumés avec la Mafia, et que la Cour Constitutionnelle italienne a rejeté début octobre une loi destinée à lui assurer l'immunité pénale.

A Bonn, le chef du gouvernement italien s'est présenté comme la victime d'une campagne de la magistrature. La Cour, "l'organe de garantie des droits, s'est transformée en organe politique", a t-il affirmé, ajoutant qu'il était l'objet d'une "chasse à l'homme". Des déclarations qui ont suscité une forte indignation en Italie. 

Sortant de sa réserve, le Président Giorgio Napolitano a publié un communiqué dans lesquels il les a qualifiées de "violente attaque contre des institutions fondamentales de garantie des droits", tandis que l'ancien juge anticorruption Antonio Di Pietro, chef du parti d'opposition Italie des Valeurs, a fait allusion à des pratiques fascistes : "Berlusconi déchire le loi fondamentale en réduisant le parlement à un service privé et maintenant il veut éliminer la Cour", a-t-il déclaré (source : AFP).  

Que penser des messages twittés de Philippe Juvin ? S'ennuyait-il au point d'utiliser son portable comme passe-temps ? A t-il voulu rapporter des propos qui l'ont choqué par leur caractère outrancier ? Mais rien, strictement rien, dans ces messages, n'indique la plus petite trace d'indignation. 

Alors, serait-il fasciné par Il Cavaliere, sa truculence, son (mauvais) goût pour la provocation, comme il le fut pour un certain Léon Daudet ? A-t-il vibré aux accents du tribun, ressenti une certaine empathie ? Après tout, Philippe Juvin et Silvio Berlusconi ont au moins un point en commun : leur promptitude à répondre aux accusations qui les concernent en se posant comme victimes de cabales politiciennes. 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu